L'Orient Ancien

Un patrimoine multi-millénaire à connaître, à aimer, à transmettre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Urartu (-900/-600)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gudea
Scribe-administrateur
Scribe-administrateur


Nombre de messages : 64
Localisation : Girsu
Date d'inscription : 25/03/2005

MessageSujet: L'Urartu (-900/-600)   Lun 18 Avr à 11:39

L'URARTU

À son apogée, cet État s’étendait sur un territoire aujourd’hui réparti entre la Turquie, la République d’Arménie et l’Azerbaïdjan iranien, avec son centre géographique à proximité du lac de Van. Il rivalisa avec l’Assyrie jusqu’à mettre celle-ci en péril et disparut brutalement entre la fin du VIIe siècle et le début du VIe siècle.



La première mention de l’Urartu figure dans des textes assyriens du XIIIe siècle, mais ce nom n’avait alors qu’une simple signification géographique, désignant la région autour du lac de Van.
Après la chute de l’empire Hittite, au début du 1er millénaire, un nouveau royaume se forma dans l’est de l’Anatolie, qui devait durer trois siècles : le royaume d’Urartu.

Il semble que les Urartéens soient parents des Hourrites et relativement proches des Hittites à l’origine. Durant la période de pré-formation de leur empire, ils étaient regroupés sous forme d’émirats indépendants, connus sous le nom de Nairi. Vers –900, ils formèrent une confédération sous l’autorité d’un monarque unique.

Nous savons d’après des inscriptions (d’inspiration largement assyrienne) que le premier roi était Aramu (860-840) suivi par Sardur (840-830). Ce dernier fonda la capitale, Tushpa, sur les rives du lac de Van, à plus de 1600 m d’altitude.
Les successeurs immédiats de Sardur étendirent grandement le territoire originel vers l’Anatolie (Araxe), l’Assyrie (cours supérieur de l’Euphrate) et vers l’Iran (Lac Urmiah). Par ailleurs, l’un d’eux, Menua (790-775), fut un bâtisseur infatigable : il a laissé 70 inscriptions relatant ses constructions de temples, de série de forteresses ou encore de magasins.
A cette époque, l’Urartu devint une menace sérieuse pour l’Assyrie : pas moins de six campagnes furent menées dans les années 770 pour empêcher la progression urartéenne vers le sud. Le reste du huitième siècle vit les rois d’Urartu mener campagne vers le nord, dans le territoire de l’actuelle Arménie.
Sous le règne du roi Tiglat-Phalasar III (744-727), l’Assyrie se réveille et repousse les Urartéens et leurs alliés syriens. Le roi se vante même d’avoir mis le siège devant la capitale Tushpa. Mais c’est sous le règne de Sargon II (721-705) que culmine l’action assyrienne. Celui-ci dévaste le pays, le pille et en annexe une partie.

Mais l’Urartu n’a pas dit son dernier mot : bien que secoué par les révoltes, et sous la férule d’Argishti II (713-685) et de Rusa II (685-645), les conquêtes reprirent, ainsi que la construction de forteresses sur des sites stratégiques (méthode habituelle de l’Urartu pour contrôler un pays très montagneux), notamment à Topprakkale, Karmir Blur et Bastam.
Les relations entre Assyriens et Urartéens semblent avoir été plus pacifiques que précédemment durant le septième siècle : intérêts mutuels bien compris ou désintérêt politique de l’Assyrie pour cette région ?
Le royaume d’Urartu survécut à ses vieux ennemis assyriens pour sombrer, croit-on, au début du sixième siècle sous les coups répétés des Mèdes et des Scythes qui déferlèrent sur le Moyen-Orient dans le courant du septième siècle : pratiquement tous les sites montrent des signes de destructions brutales, sans qu’il soit possible d’identifier clairement les responsables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Urartu (-900/-600)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Orient Ancien :: La Terre :: Pays-
Sauter vers: